Né en 1937 au Congo, Henri Lopes est l’auteur d’une œuvre considérable. Parmi ses livres, on peut citer Tribaliques (1972, Grand Prix littéraire d’Afrique noire), Le Pleurer-rire (1982), Le chercheur d’Afriques (1990), Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003). Il a reçu en 1993 le Grand Prix de la Francophonie décerné par l’Académie française. Henri Lopes a été hanté par ces questions : qui étaient les siens ? Quel est son héritage ? Quelle part l’a emporté et a fait de lui l’écrivain, l’homme qu’il est devenu ? Il cherche, fouille sa mémoire, les archives de ses deux parents : il découvre des secrets, des inconnus lui écrivent et son récit devient une enquête bouleversante.

Il est déjà demain (JC Lattès)
5 septembre 2018

Huit ans après l’indépendance du Congo, le gouvernement demande à ses cadres de justifier leur filiation, de prouver qu’ils sont bien congolais. Henri Lopes a trente ans. C’est une déflagration. Il n’a jamais oublié cette blessure et l’indignation ressenties. Comment prouver ce que l’on est ? Quelles identités multiples et changeantes composent notre être ? Henri Lopes plonge dans l’histoire de ses parents. Ils étaient tous les deux métis, nés d’une mère « indigène » et d’un colon, « nègres de préférence » un jour, « blancs de préférence » un autre. Henri Lopes a hérité de leurs histoires. Il a grandi au bord du fleuve Congo et du fleuve Oubangui avant de découvrir la Loire puis la Seine. Il est rentré au Congo, est reparti, a voyagé, écrit, s’est engagé. Toute sa vie a été placée sous le signe de l’errance et du métissage.

Ce récit superbe, bouleversant, nous livre aussi le portrait d’un continent qui n’est dans aucun guide : une Afrique intérieure.

Photo ©Patrice Normand