Marie-Aude Murail est née en 1954. Avec une centaine de textes publiés à L’École des loisirs et chez Bayard, elle est l’une des plus grandes auteures jeunesse. Ses livres sont traduits dans une quinzaine de langues et ont reçu de très nombreux prix et distinctions. Son dernier livre, En nous beaucoup d’hommes respirent (L’Iconoclaste), est le grand roman d’une famille française sur trois générations, de 14-18 aux années 2000. Un texte constitué à partir d’archives familiales exceptionnelles.
Son succès mondial, Oh, boy !, a été porté à la scène et à l’écran.

En nous beaucoup d’hommes respirent (L’Iconoclaste)
29 août 2018

Une enquête intime

Des albums photo, des menus de mariage, des images de communion, des dents de lait, des documents administratifs, des centaines de lettres, des journaux intimes… Voilà le trésor que Marie-Aude découvre en vidant la maison de ses parents. En ouvrant les boîtes à archives, les morts se réaniment. Devant elle se déroule ce grand roman familial. C’est l’histoire des Murail qui se dessine. Mais plus encore, celle de toute famille française. En nous beaucoup d’hommes respirent est une enquête intime. Une plongée dans un récit familial, à la fois commun et singulier.

Les mots en héritage

Faire le chemin de la mémoire, c’est aussi l’occasion pour Marie-Aude de comprendre d’où vient sa création. De son père poète. De ses lectures, bien sûr. Mais dans les archives – c’est-à-dire en retrouvant sa famille réduite à ses mots –, le langage lui apparaît comme son grand héritage. En nous beaucoup d’hommes respirent est le premier roman adulte d’une auteure best-seller en jeunesse.

Photo © Stephane Remael