Né à Colmar en 1956, Serge Bloch est un illustrateur mondialement reconnu. Il vit aujourd’hui entre Paris et New York. Il est le créateur de SamSam, Zouk, Toto (Tourbillon), Max et Lili, et a travaillé pour de grandes marques. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Bologna Ragazzi, le prix Bernard Versele ou encore la médaille d’or de la Société des illustrateurs, en 2005 et 2014, aux États-Unis.

Marie Desplechin est née en 1959 et vit à Paris. Elle suit des études de littérature classique et de journalisme, travaille dans la presse, la communication et l’enseignement. Elle écrit aussi pour la jeunesse à L’École des loisirs. En 1995, elle reçoit le prix Médicis de l’essai pour La Vie sauve (Le Seuil).

La rue de l’ours (L’Iconoclaste)
Octobre 2018

Chez les ours

Dans la rue de l’Ours, à Colmar, il y a une boucherie casher. Derrière le comptoir, il y a la tante Thérèse, dite Loulou. Dans l’arrière-boutique, Georges, l’oncle, fait les comptes. Traversez la petite cour, Sylvain est dans son laboratoire. C’est ici que Serge retrouve son père qui prépare la viande. La boucherie, c’est l’épicentre de la famille Bloch. Et pour cause, on se la transmet de père en fils. Serge Bloch se remémore. Il raconte le grand-père, ses parents qui durent fuir la région pendant la guerre. Les années 1960. Les rites juifs. Les grands bonheurs et les petits larcins de l’enfance. Et dresse une galerie de personnages forts et attachants. Le portrait d’une famille attendrissante, où l’amour se dit sans mots.

Du couteau au stylo

Si la boucherie a fermé et n’est plus aujourd’hui qu’une devanture aveugle, il n’en reste pas moins que subsiste un héritage. Celui de la beauté du mouvement. Attention, travail, précision. Serge y apprend l’amour du travail bien fait. Du geste précis. Le couteau s’est transformé en crayon. Mais l’héritage est bien ancré.

Écrire, dessiner

Qui de mieux placé que Marie Desplechin pour conter cette histoire de famille ? D’une plume juste, elle se faufile dans le passé des Bloch, avec une tendresse inouïe. En regard, Serge Bloch, d’un coup de crayon, croque ces scènes, qui étaient jusque-là restées blotties dans sa mémoire. Deux artistes qui ont en partage un irrésistible sens de l’humour.

Photo © S.Remael