Fiction/non fiction

Bertrand PERIER

Jours : Dim - Stand : PAGE ET PLUME (36)

L'éloquence (JC Lattès)

À travers des portraits suivis d’entretiens, Bertrand Périer, aidé d’Adeline Fleury, montre que la parole sauve de la délinquance (témoignage de Bruce Dombolo, ancien braqueur de banques), offre un nouvel avenir professionnel (Bixente Lizarazu s’est reconverti grâce à l’oralité). Elle protège aussi des valeurs telle que la démocratie (Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, explique l’importance de rendre des comptes aux citoyens) ou la pérennité (c’est en disant les grands textes méconnus que le comédien Guillaume Galienne les a sauvés de l’oubli). C’est l’avantage de la parole sur les mots : conçue pour être prononcée, donc reçue, elle induit le partage. Donc la vie prolongée. Si l’avocat Richard Malka s’attache autant à défendre oralement la liberté d’expression, c’est précisément parce que la parole, tel un salvateur messager, trouve en l’interlocuteur une chambre d’écho. C’est à force de se confronter à autrui que l’écrivain Alexis Jenni est parvenu à surmonter son bégaiement.... La parole est donc capable d’infléchir une existence comme de nous protéger des basses notions (l’humoriste Guillaume Meurice raconte comment la parole rieuse déjoue la soumission). Un ouvrage ludique et nécessaire.

Bertrand Périer est avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de Cassation. Il enseigne l’art oratoire à Science Po, HEC, et a participé au film A voix haute. Il contribue à la formation des candidats au concours Eloquentia, qui désigne chaque année le meilleur orateur en Seine-Saint-Denis. Adeline Fleury a été journaliste pendant quinze ans au Journal du Dimanche puis au Parisien. Essayiste et romancière, elle est aujourd’hui journaliste indépendante.